Inscription à la newsletter

SAN NOM + SALLY

20h30
lundi 24 octobre

SAN-NOM

San-Nom martèle du tac au tac ses mots, ses idées, ses pensées. Crachés en rimes déboulées les unes après les autres, une, deux, trois syllabes, trainées de ricochets. Ta ta ta, à peine le temps de reprendre son souffle, il fait aussi agilement rebondir la mélodie le petit génie. San-Nom dégomme sans frontière avec un timbre séduisant. Celui de son oreille musicienne auto-construite avec le temps. Il est comme cela, solitaire et passionné. Il est perché ce fils de gens sans histoire, reclus dans les combles de la maison familiale, à l’abri du monde, derrière son mur de sons. Sa première écoute classique, il la déteste, alors il la décortique pour la comprendre et s’enfile des intégrales d’impromptus. Touché, confus. Il aime le classique. Et un à un, tous les genres auxquels il frotte les cordes de sa guitare. En fait, il aime la Musique : Henri Dès, Gainsbourg, Pink Floyd n’ont rien à voir, il n’est pas éclectique par hasard. Au delà de la posture assumée de trublion du rap FR, il dévoile un vrai talent d’écriture, un flow acéré ainsi qu’une véritable épaisseur et de vraies convictions.

YouTube
Facebook
Instagram

SALLY

Sally a la plume aiguisée et un timbre mémorable. En témoigne « Vrille », la meilleure surprise de ce printemps.
Après avoir exploré un terrain très acoustique, Sally a compris, face aux multiples propositions de producteurs qu’elle souhaitait proposer une musique encore singulière dans l’hexagone. Un R’n’B coloré de trap ou de soul, synthétique ou organique, selon les humeurs, permettant à sa voix de jouer sur de multiples intonations. Amateurs d’easy listening, passez votre chemin ! Même si Sally n’oublie pas pour autant la force des mélodies. Ce sont elles qui nourrissent ses textes francophones, très personnels, où elle raconte « la vie, la dépression, les déceptions amoureuses... la vie ! ». Du point de vue des textes, elle s’inspire d’artistes comme Lomepal, « pour qui la folie n’est pas un tabou », mais aussi de Kali Uchis, M.I.A, Rosalia ou Kid Cudi. Le détournement des codes, oui, mais il faut toujours, et avant tout, de la sincérité.

Pour découvrir sa musique c’est ici
Facebook
Instagram